Accès professionnel réservé

Code oublié ?

Aurélie DAVAZE

Agricultrice à Saulx-les-Chartreux (91), portrait et témoignage.

Ce portrait a été réalisé en dcembre 2013. Les informations sont susceptibles d'avoir évolué.

Présentation de l’entreprise

  • Situation de l’entreprise : EARL Ecurie du Triangle Vert, crée le 1er septembre 2010.
  • Superficie : 2 hectares.
  • Nombre de salariés : Aurélie DAVAZE en tant que gérante et associée unique, exploitante agricole non salariée, et deux salariés.
  • Saisonniers ? Non, à temps complet toute l’année.
  • Qui fait quoi ? Aurélie DAVAZE est gérante non salariée agricole. Tawfik est responsable de l’entretien de l’écurie et des machines, cure les boxes, nettoie l’écurie, nourrit, sort au paddock et soigne les chevaux. Mylène est palefrenière soigneuse. Elle s’occupe de curer également les boxes avec Tawfik, nettoie l’écurie, nourrit, sort au paddock et soigne aussi les chevaux.

Historique

Etes-vous fille d’agriculteur ? Non pas du tout, j’étais contrôleuse de gestion chez France 24 avant de démissionner et de me lancer dans la réalisation de mon rêve. J’ai la chance d’avoir des parents formidables qui m’ont soutenue et aidée lorsque je leur ai parlé de mon projet : ouvrir une écurie.
Le fait de devoir tout créer et acheter au démarrage est un gros challenge que j’ai réussi à surmonter avec leur aide, mais non sans de lourds obstacles... J’ai racheté une écurie qui proposait des pensions et faisait de l’élevage de lusitaniens et de mini. Ils complétaient leurs activités par la revente de fruits et légumes.

Depuis quand êtes-vous installée ? Le 1er septembre 2010.

Comment a débuté votre projet ?

  • Reprise de l’écurie : l’écurie avait besoin de nombreux travaux de réparation et d’agrandissement, ce qui est en bonne progression aujourd’hui. J’ai pu construire 26 boxes supplémentaires pour atteindre 45 boxes aujourd’hui; une carrière en plus de celle existante ; un manège qui s’est terminé en février 2013; refonte des paddocks pour en compter 15 aujourd’hui; et enfin refonte du drainage des écuries pour mieux évacuer l’eau en cas de forts orages assez fréquents et de l’électricité qui n’était pas aux normes. Il nous reste encore la pose de caniveaux plus larges et plus adaptés dans toute l’écurie, la fermeture du manège et du hangar dans lequel ont été construits les boxes, et encore d’autres petits travaux d’aménagement.
  • Puis se diversifier : j’ai développé les demi-pensions avec des chevaux que certains propriétaires m’ont confiés, tout en respectant le cheval qui n’est travaillé qu’une seule fois par jour, ce qui les protège d’une surcharge de travail et fait qu’ils sont bien dans leur tête et dans leur corps. Le magasin que j’ai ouvert un mois après l’ouverture de l’écurie me permet d’offrir à mes cavaliers tout le matériel nécessaire sur place sans déplacement et donne un apport financier supplémentaire pour faire face aux lourdes charges que j’ai.
  • Faire connaître ma filière : je suis élue à la Chambre Interdépartementale d’Agriculture de l’Ile-de-France depuis janvier 2013 pour représenter la filière équine en essayant de m’impliquer et d’aider un maximum malgré le peu de temps que j’ai. Il y a encore beaucoup de travail à faire pour que les activités équestres soient réellement reconnues comme faisant parties intégrantes du secteur agricole.

Activités & Productions

  • Quelles productions proposez-vous ? Pension chevaux, demi-pensions, valorisation et vente d’équidés, magasin de vente d’équipement équestre, organisation de concours, cours aux cavaliers et travail des chevaux.
  • Quelle est la plus importante ? Pension de chevaux.
  • Quelles sont vos spécialités ? Dressage, obstacle et un peu de complet (CSO, dressage et cross). Compétitions en club, poney et amateur.
  • Y-a-t-il des rotations ? Il y a toujours un petit « turn over ». Un ou deux chevaux par mois qui partent et qui rentrent.
  • Quantités ? Il y a 47 chevaux et 100 cavaliers.

Commercialisation

Qui sont vos acheteurs ? Des particuliers ou professionnels. La vente de chevaux n’est que très occasionnelle (un tous les 2 ans). La vente au magasin est destinée à tout cavalier professionnel comme de loisir. Je loue également le camion VL 2 places de l’écurie pour chevaux afin de réduire le coût d’investissement et d’entretien de celui-ci.

Quels sont vos différents débouchés ? La situation géographique de l’écurie est idéale car proche de Paris (15 kms) mais néanmoins très proche d’une grande forêt et des champs. Les gens recherchent aussi un rapprochement avec la nature.

Quelle est votre production à l’année ? Les boxes sont restés pleins tout au long de l’année. Circuits de distribution. Vente en direct pour le magasin, et sur internet, possibilité de commander. J’utilise beaucoup les petites annonces et réseaux sociaux pour communiquer et faire connaître l’écurie et ses prestations.

Projets, perspectives et humeur

Colère contre la TVA à 20% : Les perspectives depuis 1 mois ne sont pas très réjouissantes depuis l’annonce d’une augmentation de la TVA de 7% à 20% au 1er janvier 2014 ! Celle-ci serait catastrophique pour la filière équine. Aucune entreprise ne pourrait se remettre d’une telle augmentation en pleine période de crise économique, ce que nous ressentons pleinement surtout cette année.

Au niveau national, cela représenterait 6 000 emplois en moins, 2 000 centres équestres qui seraient obligées de mettre la clé sous la porte, et 80 000 chevaux qui partiraient à l’abattoir. Nous ne pouvons accepter cela. J’ai donc participé avec mes cavalier à toutes les manifestations contre cette TVA à 20% des centres équestres. Si ce taux de TVA passe, je ne sais absolument pas comment cela va se terminer. Comme la majorité des structures équestres, notre marge est inexistante. Je devrais donc répercuter cette hausse sur les prix de mes prestations. Le risque est évidemment le départ de mes clients qui n’auront d’autres choix que de les éloigner de Paris, de les mettre au pré ou de les revendre.

Etant donné les charges auxquelles je dois faire face (car j’ai tout emprunté en totalité hormis 7% d’apport) pour acheter l’écurie et faire les travaux et l’augmentation réelle de toutes les autres charges, l’année va être particulièrement difficile à gérer. Je ne suis qu’au début de ma 4ème année d’entreprise et pas assez forte financièrement pour faire face à de telles augmentations. Tout dépendra donc de ce passage ou non à la TVA de 20%.

Informations

Laisser un commentaire

Aucun commentaire - Laisser un commentaire