Accès professionnel réservé

Code oublié ?

Gilles et Gérard DELTON

Agriculteurs à Villeconin (91), portrait et témoignage.

Ce portrait a été réalisé en janvier 2010. Les informations sont susceptibles d'avoir évolué.
Fiche ancien modèle.


Présentation

Agriculteurs de père en fils depuis les années 30 dans l’Essonne, les Delton ont opté pour une diversification originale pour la région : la production de cidre.

Quels ingrédients pour transformer les pommes à cidre en une douce boisson pétillante ? Un bon terroir, des variétés anciennes savamment choisies, un véritable savoir-faire et une vraie passion !

Outre les céréales traditionnelles telles que le blé, Sébastien produit également de la betterave rouge sur 8 ha et de la pomme de terre sur 10 ha.

A partir du moment où la moisson commence, les travaux dans les champs s’enchaînent : après le blé et le colza, se récoltent la pomme de terre puis la betterave sucrière et enfin la betterave rouge. Ainsi du 15 juillet au 15 octobre, pendant 3 mois consécutifs, Sébastien a du pain sur la planche !

De la polyculture élevage à l’arboriculture

L’histoire de l’exploitation des Delton est courante dans la région. Lorsque le grand-père achète la ferme en 1933, 400 mères brebis y étaient alors présentes. La grande culture représentait également une part importante de la production. Comme dans beaucoup de fermes franciliennes, petit à petit, l’exploitation se spécialise dans la grande culture : en effet, en 1968, à la retraite du berger, le père de Gérard décide d’arrêter la production de moutons.

Gérard reprend le flambeau en 1977.

Or deux ans auparavant, son père, déjà producteur de cidre, avait fait arracher l’intégralité du grand verger de 2.5 ha qu’il possédait, cette boisson n’étant plus à la mode à l’époque. Cependant, Gérard, en visite dans le Maine-et-Loire quelques temps après, veut retenter l’aventure et achète un pressoir. Il replante en 1993 environ 60 ares de pommiers avec des variétés anciennes : la production de cidre redémarre !

De la pomme au cidre

Les variétés

Dans les vergers, cohabitent pommes et poires : en effet, ces dernières favorisent la pollinisation des pommiers ! Parmi les quelques 10 variétés représentées sur les 46 arbres, citons par exemple, Clos Renard, Doux normand, Saint Martin, Antoinette, Noël des Champs...
Bon à savoir pour les gourmands qui convoiteraient le fruit défendu sur les arbres non protégés de Monsieur Delton : les variétés de pommes à cidre ne sont pas très comestibles en l’état, à la différence des pommes à couteau ! Elles achèvent leur maturation une fois tombées à terre. Malheureusement, il semblerait que tout le monde ne soit pas au courant : l’année dernière, Gérard a perdu presque une tonne de pommes, les gens venant allègrement se servir...

La récolte et le tri sont entièrement manuels : pour réaliser cette tâche plutôt laborieuse, Gérard et Gilles bénéficient de l’aide de voisins et amis serviables.

Production, mode d’emploi : quand la lune fixe son calendrier

La récolte s’échelonne de fin septembre à fin octobre. Le verger a une production de l’ordre de 4,5 à 5 tonnes. Après avoir été rincées soigneusement, les pommes sont broyées puis passées au pressoir.

L’ensemble de la récolte est pressé sur 3 jours. Si le pressoir, d’une capacité de 800 kg est en hêtre, les cuves vers lesquelles le jus est pompé sont depuis 2004 en résine et fibre de verre. Ces dernières présentent l’avantage pratique d’être plus faciles à nettoyer et celui non négligeable d’obtenir un cidre jugé meilleur.

Les cuves sont situées dans une cave où les écarts de température sont faibles (de 7°C au minimum pour aller à un maximum de 13°C) et les jus des différentes variétés sont intégralement mélangées afin de pouvoir garantir un produit homogène.

La fermentation du jus qui dure 15 jours permet de faire remonter les déchets légers (morceaux de pommes) à la surface. Ceux-ci seront écumés tous les deux jours. Afin d’éliminer totalement les lies et les impuretés du cidre en devenir, le soutirage aura lieu à deux reprises. Les cuves étanches, sont ensuite fermées et le cidre va reposer pendant un mois avant la mise en bouteille qui aura lieu début février. Le produit fini aura un degré d’alcool variant de 5 à 7°C.

L’influence de la lune sur la production de cidre est reconnue : c’est la raison pour laquelle soutirage et mise en bouteille sont réalisés lors de la phase descendante de l’astre.

A partir des 4 tonnes de pommes ramassées, Gérard et Gilles arrivent à produire jusqu’à 2000 L de cidre qu’ils commercialisent très localement à partir du mois de juin à des clients fidèles ou lors de manifestations départementales.

Gérard prend son temps dans la fabrication de son cidre, c’est ce qui garantie selon lui la qualité de ce produit traditionnel.

Informations

Gilles et Gérard DELTON

Laisser un commentaire

Aucun commentaire - Laisser un commentaire