Accès professionnel réservé

Code oublié ?

Christian HUBERT

Agriculteur à Beynes (78), portrait et témoignage.

Ce portrait a été réalisé en janvier 2008. Les informations sont susceptibles d'avoir évolué.
Fiche ancien modèle.


Présentation de l'exploitation


L’exploitation de Christian HUBERT se trouve à Beynes dans les Yvelines à 46 km à l’ouest de Paris.

En tant que double-actif, Christian HUBERT, consultant en informatique financière et polyculteur, s’est associé avec deux autres agriculteurs voisins pour mettre en commun savoir-faire, main-d’oeuvre et disponibilité.


Historique

Issu d’une famille d’agriculteurs depuis plusieurs générations dans la région, Christian HUBERT avait depuis toujours le projet de s’installer sur sa propre exploitation. En 1999, diplôme d’ingénieur agricole en poche, il reprend 15 ha de terres cultivées par son grand-père.

Parallèlement à cela, il commence également à travailler en temps qu’informaticien financier dans une société de gestion de bourse. La carrière de double-actif de Christian HUBERT est lancée !


Polyculture

En 2005, à la superficie de l’exploitation viennent s’ajouter 15 ha que Christian HUBERT reprend à un voisin.

Raisonnant les rotations et assolements avec ses associés sur les 300 ha qui composent en tout la surface des trois exploitations, ces agriculteurs organisés produisent des céréales (blé, maïs, orge, sarrazin et avoine), des oléagineux (colza et lin) et des protéagineux (pois).


Production d’huile végétale pure par trituration

La démarche

Mais Christian HUBERT ne s’arrête pas là : persuadé que l’avenir de l’agriculture se trouve, entre autre, dans la vente directe de produits transformés, il est également très convaincu par l’intérêt des biocarburants. Le projet d’installer une unité de production d’huile de colza à vocation non alimentaire commence à faire son chemin.


C’est en 2005, dans un contexte favorable (baisse du prix des matières premières agricoles, augmentation du prix des énergies fossiles, prise de conscience écologique de plus en plus forte, réelle demande des particuliers) qu’il décide de tenter l’expérience.

Le colza est donc désormais intégré dans la rotation et le site de production désigné de Beynes est choisi pour devenir le laboratoire expérimental grandeur nature du projet. Un boisseau est installé ainsi que deux containers maritimes, une presse d’une capacité de 400 tonnes / an et un bac de décantation. L’extraction de l’huile de colza peut commencer.

L’idée maîtresse du projet de Christian HUBERT réside dans l’élaboration de circuits courts de distribution pour limiter les coûts de transport et ainsi conserver l’intérêt écologique de la production de cette énergie renouvelable.

Et ce qui est valable pour l’huile en elle-même, qui trouve des acheteurs locaux, est également valable pour le co-produit issu du pressage des graines que l’on appelle tourteaux de colza.

Afin de trouver un débouché satisfaisant pour ce produit, Christian HUBERT s’est donc tourné vers les éleveurs laitiers de la région pour qui le tourteau représente une nourriture très apprécié des troupeaux.

D’autre part, les besoins continus pendant toute l’année des troupeaux laitiers correspondent à la production incessante de tourteaux par la presse qui marche 24h/24.

Cette adéquation permet un partenariat de qualité dans lequel Christian HUBERT assure une prestation de service de pressage pour les éleveurs de leur propre colza.

En 2006, un hangar est construit afin d’améliorer les conditions d’accueil des clients ainsi que les conditions de chargement des camions.

En 2007, l’unité de production se pérennise avec la construction d’une installation permettant la réception des graines, leur préparation, leur stockage et l’expédition de l’huile.

Ce début d’année 2008 marque déjà une nouvelle étape dans le projet de Christian HUBERT puisqu’il devrait recevoir dans les jours à venir une presse permettant le traitement quasi industriel de 800 tonnes de colza par an !

Le « process »

C’est là que le troisième métier de Christian HUBERT entre en jeu : triturateur. Cependant, la première étape du « process » reste la récolte des graines de colza dont le taux d’humidité ne doit pas excéder 7%. Pour cela, tout le savoir-faire et la patience du polyculteur obligé de jongler avec les aléas climatiques sont mis en oeuvre.

A leur arrivée sur l’usine de production, les graines de colza sont nettoyées pour enlever les pailles et adventices afin d’améliorer la qualité de l’huile et les cailloux qui risqueraient de casser la presse.

Les graines sont ensuite stockées et ventilées avant d’alimenter la presse qui fonctionne sans interruption. Cette pression à froid produit une huile contenant des sédiments.


Ce produit reste pendant trois semaines minimum dans le bac de décantation permettant ainsi aux impuretés de se déposer au fond. Un filtre de 1µ achève le processus de fabrication d’une huile qui correspond à la norme DIN 51-605 allemande et européenne d’huile carburant.


La clientèle

Il n’existe pas de fiscalité pour vendre de l’huile végétale pure en tant que carburant aux particuliers en France. Christian HUBERT a donc développé une clientèle d’industriels locaux qui utilisent l’huile de colza pour la lubrification de machines ou la fabrication de biodiesel.

La production d’huile de Christian HUBERT alimente ses quatre points de distribution situés à Beynes, Saint Arnoult, Jumeauville et aux Mureaux. Les particuliers peuvent y acheter une huile non alimentaire pour 0.80 €/l (au 01/01/2008).

Continuant à mener de front ses trois métiers complémentaires qui lui apportent un bon équilibre entre nature et bureau, agronomie et finance, Christian HUBERT ne cesse d’avancer.


La taille de l’actuelle installation laisse une marge de manœuvre importante pour développer le projet et Christian HUBERT pense déjà, une fois la filière colza correctement finalisée, lancer la production d’huile de lin. A suivre !


Informations

Christian HUBERT
Email : chubert@hvp78.com
Fax : 01.30.90.78.49

www.hvp78.com

Laisser un commentaire

5 commentaires - Laisser un commentaire

Jalloh Emilie15 mai 2016, à 16:08

Bonjour, je fabrique des bougies la cire de colza, et je recherche un producteur en le de France. Rcuprez-vous la cire de colza ? Merci pour votre rponse. Cordialement. Emilie

Répondre

Sesay 22 dcembre 2012, à 11:00

I want to know if you export to country like Sierra leone? If yes send me a proposition on this email alusinesesayy@gmail.com

Répondre

bcie contact@bciefrance.com09 aot 2012, à 12:23

nous souhaitons exporter le colza vers egypte prix du litre et les quantenaces tel 0160260635

Répondre

lise28 juin 2012, à 23:36

bonjour, il y a t il une quantit mini et quel tarif? salutations,

Répondre

eddy.kamaiss@hotmail.fr30 juillet 2010, à 13:27

bjr j'aurai voulu savoir ,s'il ya une quantite minimale a prendre et c'est comlbien le litre.merci

Répondre