Accès professionnel réservé

Code oublié ?

Pierre MARCILLE

Agriculteur à Vert-le-Grand (91), portrait et témoignage.

Ce portrait a été réalisé en mai 2013. Les informations sont susceptibles d'avoir évolué.

Présentation de l’entreprise

  • Situation de l’entreprise : Vert-le-Grand, commune de l’Essonne, est située au sud de Paris et dans la région naturelle de l’Hurepoix. Ce village appartient au canton de Mennecy et à la communauté de commune du Val d’Essonne. Constituée de vallées et de plateaux, l’Hurepoix est renommée pour son bassin très céréalier au sud mais également pour son urbanisation fulgurante au nord.
    L’histoire familiale et l’exploitation de Pierre MARCILLE témoignent à la fois d’un passé agricole mais également des difficultés d’exploiter en région périurbaine.

Historique

Pouvez-vous nous présenter votre activité ? Fils d’agriculteurs, Pierre MARCILLE a perdu son père à l’âge de 7 ans. A cette époque, sa famille est installée sur la commune de Bondoufle, dans l’Essonne. L’exploitation a une superficie de 230 hectares dont 50 en maraîchage-cultures de plein champ. Au décès de son mari, Madame MARCILLE reprend la suite, non sans difficultés du fait d’un manque de connaissance sur le métier d’agriculteur. Pour y faire face, des salariés sont embauchés et l’exploitation, dans une optique de simplification du travail, modifie son assolement qui devient essentiellement céréalier.
Pendant ce temps-là, Pierre fait son petit bout de chemin. Après un BTAO (Brevet Technicien Agricole option élevage et végétal) à Chesnoy de 1975 à 1978, il entreprend un BTS de production végétale à Crézancy dans l’Aisne de 1978 à 1980. Ses études finies, son souhait est de s’installer en tant qu’agriculteur. N’ayant pas le souhait de remercier les salariés de l’exploitation familiale et pas d’opportunité pour s’agrandir sur le secteur, Pierre MARCILLE loue, en 1981, une exploitation de 110 hectares dans le Cher. Sa vie devient ponctuée d’allers-retours entre l’Ile-de-France et le Cher pour gérer, avec le chef de culture, l’exploitation familiale le week-end.
En 1988, suite au départ en retraite des salariés, Pierre MARCILLE cède l’exploitation du Cher et s’installe en EARL avec sa mère à Vert le Grand. Depuis 1998, il est seul associé de l’EARL.


Activités & Productions

  • La confrontation avec l’urbanisation : L’exploitation familiale des MARCILLE revient de loin et a vécu bien des péripéties. Pour le comprendre, revenons sur l’histoire de la région de l’Hurepoix. En 1970, est créé l’hippodrome d’Evry, première emprise foncière de l’exploitation. Puis la ville nouvelle d’Evry se crée en 1972. C’est le début des expropriations.
    Suite à cela, en 1973, la famille MARCILLE est expropriée et a l’opportunité de reprendre une exploitation à Vert-le-Grand dont elle devient propriétaire des bâtiments. La surface agricole utile varie régulièrement, en fonction des expropriations. Après son retour en 1991, Pierre MARCILLE loue une cinquantaine d’hectares sur la commune de Saint-Vrain. L’exploitation fait alors 170 hectares.
    Aujourd’hui, l’exploitation de Pierre MARCILLE à Vert-le-Grand fait 160 hectares dont 30 à titre précaire répartie sur 5 communes en zone périurbaine. Essentiellement céréalière et oléagineuse, les productions de blé tendre, blé dur, orge d’hiver, orge de printemps et colza se côtoient.

Projets, perspectives et humeur

Un agriculteur passionné et investi : Dès son arrivée dans la profession agricole, Pierre MARCILLE s’engage personnellement dans les combats quotidiens en adhérant au syndicat des Jeunes Agriculteurs. Tout d’abord dans le Cher où il sera Président de canton, et par la suite en Ile-de-France comme Président du canton d’Étampes et également secrétaire général Ile-de-France. En 1994, il est élu à la Chambre Interdépartementale d’Agriculture de l’Ile-de-France et débute en 2013 son quatrième mandat.
D’où vient cette envie de combattre les problématiques agricoles ? Dès sa plus tendre enfance, il a vu sa famille, et l’a été lui-même plus tard, confrontée aux problèmes liés à l’urbanisation. Cela a été suffisant pour se rendre compte que seul, un agriculteur ne peut rien faire. Ce besoin de défendre sa profession passe donc par la nécessité d’être plusieurs, d’appartenir à un groupe qui partage les mêmes revendications. Ses thèmes de prédilection ? Personne ne sera étonné si nous citons « le foncier ». C’est d’ailleurs la thématique de la commission qu’il suit à la Chambre d’Agriculture.

Mais l’engagement de Pierre MARCILLE ne s’arrête pas là. Il est également Président de l’APA de Corbeil-Essonnes, qui a pour mission de défendre les propriétaires et agriculteurs des problèmes liés au foncier. Il fait aussi partie de l’association APPACE qui défend le plateau agricole de Vert-le-Grand. Son investissement pour faire reconnaître le métier d’agriculteur est marqué aussi par son rôle dans l’association A la découverte de la Ferme. En effet, il reçoit régulièrement groupes et écoles pour faire visiter son exploitation.
Enfin, en plus d’être aussi investi dans ses différentes OPA, il est élu communal et maire-adjoint à l’urbanisme et au développement durable de sa commune et élu au Conseil communautaire de la Communauté de commune du Val d’Essonne.

Informations

  • Pierre MARCILLE
  • 3, rue du Fossé de Chatre, 91810 Vert-le-Grand
  • Tél. : 01.69.14.84.48 / 06.82.77.90.60

Laisser un commentaire

2 commentaires - Laisser un commentaire

lachot patricia11 janvier 2015, à 17:42

J admire Pierre depuis longtemps , toujours trs entier , et beaucoup de bonnes ides. A bientt j espre.

Répondre

VIgui Michel26 mai 2013, à 17:39

J'ai connu Pierre Marcille, lorsque nous demeurions sur la commune de Vert le Grand. Au del de l'agriculteur passionn qu'il tait, je peux dire que c'tait un homme charmant et l'coute, qui s'investissait sur le plan associatif l'chelon communal, j'ai pu apprcier personnellement son aide, dans l'accompagnement de projets destination de la jeunesse... Nous tions venus Vert le Grand aprs avoir quitt Evry pour vivre la campagne avec ma famille, c'est comme cela que j'avais fait la connaissance de Pierre, six ans plus tard, alors que j'avais entrepris des actions dirigs envers la jeunesse de ce charmant village, j'ai compris, ce que souhaitais Monsieur Quintard maire de la commune, au niveau du dveloppement du traitement des dchets sur la commune...Au mpris des terres agricoles, de cette belle campagne, de ces beaux chemins de footing de V.T.T, des promenades familiales de ces belles terres... A mon grand dsespoir, j'ai assist la passivit de Pierre qui pourtant reprsentait en tant que conseiller municipal, "le dfenseur" de cette ruralit de ces terres agricoles...de son histoire familiale , de notre "campagne"...de ce village... En effet Pierre accompagnait les projets, initis par monsieur le maire sans sourciller, et signait au bas de la feuille, aprs quelques simulacres de contestations... J'ai compris alors que Vert le Grand allait devenir un "terrain de jeu"spculatif en matire d'enfouissement des dchets, dont les uns et les autres allaient "tirer" de gros bnfices...Les premiers qui en ont bnfici, cette poque, avaient t t la famille Daguin ric (alors conseiller municipal)... J'ai compris aussi, en la matire, la diffrence entre les apparences les discours...et les actes. A ce titre Pierre tu as t un bel exemple !!! L'histoire continue, sans nous, nous avons trouv une autre campagne, moins expose toutes sortes de mauvaises odeurs... Michel Vigui.

Répondre