Accès professionnel réservé

Code oublié ?

Grégoire de MEAUX

Agriculteurs à Gadancourt (95), portrait et témoignage.

Ce portrait a été réalisé en dcembre 2011. Les informations sont susceptibles d'avoir évolué.

Présentation de l’entreprise

  • Situation de l’entreprise : A Gadancourt (Val d’Oise), au coeur du Parc Naturel régional du Vexin, se niche l’exploitation agricole de Grégoire de MEAUX. Polyculteur et éleveur, Grégoire se distingue également par son engagement au sein des Jeunes Agriculteurs d’Ile-de-France. Découverte d’un agriculteur aussi passionné que passionnant...

Historique

Pouvez-vous nous présenter votre activité ? L’agriculture, ce n’était pas le parcours qu’il s’était tracé : après le Baccalauréat, il entreprend des études de commerce qui se concrétisent par un diplôme en 2001. Six mois en entreprise lui ont pourtant suffi pour se rendre compte que ce n’était pas la carrière qu’il recherchait ! Grégoire se fait alors embaucher en tant que simple employé dans l’entreprise agricole familiale. Son père, installé depuis 1971 en tant qu’agriculteur après avoir obtenu le diplôme d’ingénieur agronome, lui apprend les rudiments de l’agriculture : du semis à la récolte en passant par la gestion administrative de la ferme, tout y passe. Cet apprentissage permet à Grégoire de prendre des responsabilités rapidement au sein de l’exploitation puisqu’il goûte très vite aux déclarations PAC et à la traçabilité des produits.
Dix années d’expérience plus tard et un Brevet Professionnel de Responsable d’Exploitation Agricole en poche, Grégoire finalise aujourd’hui son installation à la tête de l’exploitation avant le départ à la retraite de son père. Aidé par un employé agricole à plein temps et par 2 ou 3 saisonniers, Grégoire pratique la polyculture ainsi que l’élevage et la pension de chevaux sur son exploitation.


Activités & Productions

  • Quelles productions proposez-vous ? La polyculture est la production principale de la ferme de 163 ha. Blé tendre (65-70% de la sole), orge, avoine, colza, betterave, maïs et pois se côtoient sur des terres hétérogènes ce qui oblige à pratiquer de nombreuses rotations dépassant parfois les 10 cultures ! Adepte de l’agriculture raisonnée, Grégoire utilise les techniques culturales simplifiées dont l’un des objectifs est de limiter le labour au maximum. Dans le même état d’esprit, 60 à 65% de la sole en blé est plantée en semis direct depuis près de 10 ans. Même si une perte de rendement est constatée, cette technique permet de gagner du temps et d’économiser du gasoil.
    Un autre crédo de l’exploitation est de raisonner sa fertilisation : ainsi, l’application de produits phytopharmaceutiques est limitée au minimum, et ce depuis plus de 25 ans ! Par exemple, les insecticides ne sont appliqués que sur observation et les blés ne sont jamais traités plus de 3 fois par an. Grégoire vend l’intégralité de sa production à la coopérative Capseine et livre au silo de Théméricourt.

Diversification

Dès 1985, la famille de MEAUX a diversifié l’exploitation en se lançant dans l’élevage de chevaux (élevage PEARL). Même si cette activité reste plutôt au stade de l’amateurisme, elle s’est peu à peu développée pour atteindre aujourd’hui un seuil de 6 chevaux en travail dont deux poulinières qui devraient mettre bas 2 poulains en janvier 2012 et deux chevaux en retraite. Très peu de produits sont sortis de cet élevage puisque la fécondation des juments a été difficile. Pourtant, ce ne sont pas les résultats qui animent Grégoire qui pratique l’élevage par pur plaisir et par passion.
L’exploitation héberge également une vingtaine de chevaux depuis 1978, dans le cadre d’une pension de chevaux gérée de manière associative. Cette écurie surprend par l’ambiance familiale et bon enfant qui y règne. Pour le plaisir des animaux et des cavaliers, l’exploitation possède un manège couvert de 15x30m, une carrière de 80x40m mais également un marcheur automatique 4 places. Une page Facebook est en projet pour informer des nouvelles de l’écurie ou encore des sorties en concours des animaux.

Projets, perspectives et humeur

Une implication syndicale très forte : En plus de son implication au sein de son exploitation, Grégoire s’est lancé dans le syndicalisme au sein de Jeunes Agriculteurs d’Ile-de-France. Persuadé tout d’abord que cette organisation était réservée aux agriculteurs installés, il se rend compte qu’elle est en réalité ouverte à tous lors du festival de la Terre à Théméricourt en 2005. S’ensuit alors une ascension fulgurante, de simple adhérent, il devient vice-président du Vexin en 2005-2006 puis est élu président du Val-d’Oise en 2009. Après quelques mois, il prend la suite de Damien GREFFIN à la tête de Jeunes Agriculteurs d’Ile-de-France.
Ce poste lui permet de garder un contact avec l’actualité agricole et de défendre les intérêts des jeunes agriculteurs dans une région qui n’est pas toujours propice au travail de la terre. C’est principalement cet aspect de lobbying qui lui tient particulièrement à coeur. Il se félicite notamment d’avoir une équipe et un conseil d’administration excellents qui ont une réactivité sans pareille. Il insiste également sur le partenariat efficace entre la Chambre d’Agriculture, la FDSEA et les Jeunes Agriculteurs qui permet aux agriculteurs d’avoir un poids plus conséquent sur les dossiers épineux.
C’est par exemple le cas sur le projet du Grand Paris ou encore sur celui du plateau de Saclay où les 3 institutions agricoles militent pour préserver l’agriculture en tant qu’activité économique à part entière.

Des projets ? Des projets, Grégoire en a plein la tête. Le premier, il en parle depuis quelques temps : développer son écurie en ajoutant 4 ou 5 boxes pour les chevaux. Le projet est encore en phase initiale néanmoins, il devrait aboutir d’ici 1 à 2 ans. Une autre piste d’évolution devrait passer par la diversification de l’entreprise dans l’agroforesterie. En effet, afin de valoriser les coupes faites en bordure de champ ou les tailles de haies, Grégoire compte investir dans une déchiqueteuse afin de créer un débouché «énergie». Créer des copeaux de bois pour les chaufferies est un projet alliant écologie et économie pour Grégoire. Destiné tout d’abord à la consommation énergétique de l’exploitation, le produit pourra être destiné au marché francilien en fonction de la demande.

Informations

  • Grégoire de MEAUX
  • 2, route de Guiry, 95450 Gadancourt

Laisser un commentaire

Aucun commentaire - Laisser un commentaire