Accès professionnel réservé

Code oublié ?

Quentin et Jean-Marc MORCHOISNE (EARL MORCHOISNE)

La Chambre accompagne : Gestion de l'entreprise agricole

Agriculteurs à Etampes (91), portrait et témoignage.

Ce portrait a été réalisé en septembre 2016. Les informations sont susceptibles d'avoir évolué. Consulter la fiche « producteur » dans notre catalogue.

Présentation de l'entreprise

  • Situation de l'entreprise : Il s'agit d'une exploitation céréalière, de type familiale, qui réunit au sein d'une société agricole Mme MORCHOISNE, son époux et leur fils. Seuls le père, Jean–Marc et son fils Quentin ont le statut de chef d'exploitation, Mme MORCHOISNE travaillant en dehors de l'exploitation.
  • Superficie : L'exploitation se situe au Hameau de l'Humery, à l'ouest d'Etampes. La surface est de 315 ha et résulte d'un agrandissement récent (2014) qui a permis l'installation de Quentin.
  • Nb de salariés : Pas de salariés ; accueil d'un stagiaire/an.
  • Saisonniers : Non
  • Qui fait quoi ? La polyvalence est de mise : très vite Jean-Marc a su donner confiance à son fils pour les tâches quotidiennes professionnelles, pour partager les décisions, pour croiser les points de vue, encourager la prise de responsabilités, et donner ainsi les bases d'un fonctionnement relationnel réussi : un métier qui, lorsqu'il est exercé en famille, mélange professionnel, privé et affectif !
    L'ensemble des tâches est donc aussi varié que complexe : compétences techniques pour la conduite des cultures, connaissances en gestion/finances, capacités commerciales, rigueur administrative sont les composantes du quotidien de l'agriculteur !

Historique

Etes-vous fils/fille d'agriculteur ? Oui, depuis plusieurs générations.

Depuis quand êtes-vous installé ? Jean-Marc a repris la ferme familiale en 1989 suite au départ en retraite de ses parents et Quentin a pu s'installer en 2014 en reprenant une exploitation voisine pour conforter la structure existante et permettre de dégager un revenu nécessaire à la viabilité de son choix d'agriculteur.

Comment a débuté votre projet ? La structure a sans cesse progressé par des agrandissements répondant à des opportunités ou une nécessité économique, la surface moyenne permettant de dégager un revenu minimum augmentant régulièrement au fil de la mondialisation du commerce des denrées alimentaires.


Activités & Productions

  • Quelles productions proposez-vous ? La conduite des cultures se fait de manière conventionnelle et raisonnée. L'exploitation produit des céréales sur 190 ha, comme le blé tendre (panifiable), le blé dur (servant à la fabrication des pâtes), de l'orge, mais aussi des oléagineux sur 50 ha comme le colza (huile alimentaire humaine et alimentation animale), des protéagineux sur 25 ha comme le pois (destiné à l'alimentation). L'EARL MORCHOISNE cultive également des betteraves sucrières sur 35 ha, le reste de la surface étant en jachère (non cultivée).
  • Quelle est la plus importante ? Le blé tendre représente à lui seul 115 ha.
  • Y-a-t-il des rotations ? Oui, ceci est très important de respecter des rotations dont les effets positifs sont perceptibles sur toute l'agronomie des sols.
  • Quantités ? Les quantités produites varient en fonction de nombreux paramètres dont le principal est le climat mais on peut citer les qualités agronomiques des sols, la rigueur de l'agriculteur dans le suivi des itinéraires techniques culturaux, les choix de mécanisation. Les quantités produites en année hors aléas climatique : 2000 T.
  • Diversification ? Des réflexions sont en cours et s'inscrivent dans une logique de gestion des risques, sur une remise en question permanente du système de production et de commercialisation (vulnérabilité face à un faisceau d'aléas), dans l'objectif de pérenniser la structure, et conforter sa viabilité. Une problématique de chef d'entreprise, toutes branches d'activités confondues, qui nécessite une capacité d'adaptation aux évolutions multiples (les contraintes environnementales, la pression sociétale, les marchés aussi bien mondiaux que locaux, les progrès dans la mécanisation, les besoins des clients…). Un conseiller de gestion (voir ci-dessous) de la Chambre Interdépartementale d'Agriculture de l'Ile-de-France est régulièrement associé à ces réflexions pour aider à ouvrir des perspectives, donner de la méthodologie à la conduite de projet, à mesurer les risques (impact économique).
    Jean-Marc et Quentin consacrent systématiquement un temps dans leur métier pour remettre en question leurs pratiques, leurs choix, que les résultats soient bons ou mauvais.

Commercialisation

Qui sont vos acheteurs ? Les négoces, les coopératives agricoles.

Les débouchés ne se font pas sur un « marché » local : les céréales sont achetées par des grands groupes privés et coopératifs qui eux-mêmes ont des réseaux aussi bien mondiaux que locaux (minotiers...).
Historiquement, l'exploitation était éloignée des centres névralgiques de collecte, loin des silos qui centralisent l'acheminement des moissons. Les MORCHOISNE ont dû faire face à cette contrainte et investir dans du stockage à la ferme. Aujourd'hui une force de l'EARL MORCHOISNE est de pouvoir stocker jusqu'à 1000 T de céréales (ce qui représente environ 50 % d'une année normale de production), dans des « cellules » de stockage abritées dans les bâtiments. Cela permet à Jean-Marc et Quentin de pouvoir vendre leurs productions aux plus offrant.


Accompagnement de la Chambre d'Agriculture

Comment la Chambre vous accompagne-t-elle ?

La Chambre d'Agriculture d'Ile de France accompagne Jean-Marc et Quentin sur 2 domaines : un focus sera fait sur « le conseil de gestion » :

  • Le suivi technique : un technicien spécialisé réalise une prestation de conseil, supervise l'ensemble des itinéraires culturaux des productions, depuis les semis jusqu'aux récoltes.
  • Le suivi de gestion personnalisé : inscrit au catalogue des prestations proposées aux agriculteurs par le service « entreprises et territoires » de la Chambre d'agriculture. Ce suivi répond aux exploitants agricoles désireux d'être guidés dans leurs choix courants d'entreprise et d'avoir une vision aussi bien globale pour faire émerger atouts/faiblesses, menaces et opportunités que très précise (prix de revient par production, seuil de rentabilité, coût de revient de matériel…).
    Le conseiller se rend au siège de l'exploitation aux moments clés (après les récoltes), valorise les documents comptables pour restituer à l'agriculteur une fiche de gestion complète (détermination des prix de revient et d'équilibre, approche de résultat pour anticiper la clôture comptable, analyse de groupe pour donner des repères).

Les moissons de cette récolte 2016 sont réduites de plus de 40% chez les MORCHOISNE : les conséquences directes des inondations couplées à un manque de luminosité et température ont eu un impact sur la fécondité des cultures et donc les rendements. Ces pertes ont touché une grande majorité des agriculteurs d'Ile-de-France. D'autre part, les prix des céréales ne sont pas au rendez-vous, les grands pays producteurs (Etats-Unis, Ukraine… ayant pour leur part réalisé des récoltes correctes (quantité et qualité)). Ces aléas climatiques vont avoir des conséquences sur les résultats économiques et financiers de l'entreprise. Comment s'y préparer, comment maintenir le cap, comment remettre en cause les projets en cours, comment consolider, repartir ? Jean-Marc et Quentin ont bien compris que la connaissance des coûts de production reste la composante majeure de la rentabilité (à l'instar de toute entreprise, toute activités confondues) car ils ont besoin de mesurer le poids d'un investissement, de raisonner leurs assolements, de construire une stratégie commerciale, d'ajuster et couvrir les risques, de travailler sur les marges de manœuvre pour assurer un niveau de revenu souhaité.

Jean-Marc et son fils vont devoir faire des coupes dans les dépenses mais n'ont pas choisi de se priver de leur conseil de gestion : c'est au contraire dans ces moments difficiles qu'ils traversent que toute la pertinence du conseil de gestion est attendue, que différentes hypothèses seront déployées dans de fins calculs dont l'objectif est de décider, de choisir, en bref d'avancer.

Projets, perspectives et humeur

Chez Jean-Marc et Quentin, on pourrait résumer leur fonctionnement à « rigueur et bonne humeur », dans un dynamisme ambiant soutenu par une complicité père/fils qui se construit au fil du temps.

Êtes-vous impliqué dans un projet privé ou professionnel ? Quentin est impliqué dans le syndicalisme agricole en qualité d'administrateur aux Jeunes Agriculteurs : ce bénévolat permet de faire la promotion du métier d‘agriculteurs, de défendre les intérêts de l'agriculture auprès des instances administratives et des différentes parties prenantes mais aussi de soutenir celles ou ceux qui ont des projets.

Informations

Laisser un commentaire

Aucun commentaire - Laisser un commentaire