Accs professionnel rserv

Code oubli ?

Godefroy POTIN

Agriculteur Us (95), portrait et tmoignage.

Ce portrait a t ralis en octobre 2015. Les informations sont susceptibles d'avoir volu.

Prsentation de lentreprise

  • Situation de lentreprise : Lexploitation est situe Us, dans le Parc Naturel Rgional du Vexin.
  • Superficie : 130 hectares.
  • Nombre de salaris ? 2 salaris.

Historique

Etes-vous fils dagriculteur ? Mon pre tait maracher mais il a arrt plus de 10 ans avant ma reprise.

Depuis quand tes-vous install ? Je me suis install en 2005.

Comment a dbut votre projet ? Un rve de gosse qui a pu se concrtiser. Jai toujours voulu faire ce mtier malgr des tudes en filire gnrale, jai eu lopportunit en 2005. Je me suis donc orient vers un BTS en protection des cultures en alternance car je manquais srieusement de bases. Puis jai fait une cole de commerce agricole.
Conscient que mon projet ne moccuperait pas plein temps et de la ncessit davoir un revenu complmentaire tandis que Mariann Fischer Boel (Commissaire europenne charge de l'Agriculture et du Dveloppement rural dans la Commission Barroso entre 2004 et 2009) nous conditionnait sur la ncessit de devenir double actif, jai fini mes tudes et repris la ferme avec une offre de CDI mi-temps ; par ncessit plutt que par choix. La reprise sest faite sans matriel donc je me suis immdiatement orient vers lentre-aide, ce qui ma aussi aid combler mes lacunes sur le terrain.
De 2005 2008 jai travaill mi-temps en parallle de lexploitation qui faisait 112 ha. En 2008 les hasards de la vie mont fait rencontrer une entreprise de matriel de musculation qui ma propos de faire de la maintenance pour leur compte. Je me suis jet leau, au dbut en activit complmentaire la ferme. En 2010, aprs une mauvaise anne agricole, je dpasse les seuils autoriss et monte une seconde structure non agricole.
La mme anne je reprends 18 ha de prs. En 2011, je dveloppe donc la pension de chevaux sous la forme la plus simple possible car les prs sont remettre en tat et je dcouvre ce mtier. La mme anne jembauche un salari sur lactivit non agricole.


Activits & Productions

  • Quelles productions proposez-vous ? Orge, avoine (pour chevaux), bl, betteraves, colza et mas.
  • Quelle est la plus importante ? Le bl.
  • Quelles sont vos spcialits ? Une double activit non agricole par ncessit, la pension de chevaux, tous les travaux sauf les traitements raliss en entre-aide. Depuis 20 ans mon pre a converti un btiment de la ferme non fonctionnel en 2 gtes. Je suis en zone classe, le village est inscrit et je suis class ZNIEFF 1&2.
  • Y-a-t-il des rotations ? Jessaie dassoler mes bls rien de plus.
  • Quantit : 350 t de bl, 300 t de quota betteravier et 40 t davoine, le reste dpend des annes.
  • Diversification : Pension de chevaux, gtes grs par mon pre, activit non agricole au dbut par ncessit.

Commercialisation

Qui sont vos acheteurs ? Jai un leveur qui utilise mes prs. Les crales sont livres la cooprative, sauf la nourriture des chevaux que je stocke. Les gtes sont lous des travailleurs dtachs hors vacances et des particuliers les week-ends et vacances.

Quelle est votre production l'anne ? Les prs sont occups lanne avec une rotation, les gites remplis entre 70 et 75%. Lactivit non agricole gnre 80.000 de chiffre daffaires de services.

Projets, perspectives et humeur

tes-vous impliqu dans un projet priv ou professionnel ? Lan dernier, jai mont un projet de production et de vente directe de poulets levs en plein air mais le permis ma t refus en raison de contraintes. On me demande une tude environnementale dimpact Natura 2000, alors que je ne suis pas en site Natura 2000. Le projet nest pour autant pas abandonn.
Aprs avoir fait 2 ans comme administrateur national au Jeunes Aagriculteurs, ce qui permet de dcouvrir de nombreux autres modles agricoles, jai pris en juin la prsidence du service de remplacement que jaimerais dvelopper avec le concours de nouveaux partenaires.
Mon humeur : jen ai marre des dcideurs, des politiques ou de tous ces donneurs de conseils agricoles qui ny connaissent rien. Dernier exemple en tte, un gnie qui affirmait que les normes protgeaient le modle franais dagriculture familiale. Cest lindpendant qui est le plus pnalis lorsquil doit avoir affaire des cabinets dtudes, des architectes ou tre contraint de se mettre aux normes, pas lindustriel !
Pauvre France, avec des politiques qui ne connaissent rien au terrain, pour nous aider, on na mme plus besoin de concurrents.

Informations

Laisser un commentaire

Aucun commentaire - Laisser un commentaire