Accès professionnel réservé

Code oublié ?

Julien SARAZIN

Agriculteur à Chaussy (95), portrait et témoignage.

Ce portrait a été réalisé en mars 2012. Les informations sont susceptibles d'avoir évolué.

Présentation de l’entreprise

  • Situation de l’entreprise : C’est à Chaussy dans le Val-d’Oise, au beau milieu du Parc Naturel Régional du Vexin français, que se trouve l’exploitation de Julien SARAZIN, jeune éleveur de bovins. L’agriculture, pour Julien, c’est l’histoire de sa vie. Découverte ...

Historique

Pouvez-vous nous présenter votre activité ? Issu d’une famille d’éleveurs depuis 4 générations, Julien n’a jamais envisagé de faire un autre métier que celui d’éleveur. Pour lui c’est une passion depuis qu’il est enfant. C’est ainsi qu’après la 3ème, il s’oriente vers un Bac techno (STAE). Sorti de BTS en juin 2007, il décide d’aller acquérir une autre expérience en dehors de l’exploitation famille. Il passe donc une saison chez son oncle basé dans l’Oise et s’installe en individuel l’année suivante.
Julien possède 70 hectares dont 10 hectares de prairies, il y cultive des grandes cultures. A la ferme, il élève une vingtaine de vaches charolaises. C’est grâce à une opportunité de vente sur sa commune qu’il a pu devenir propriétaire de ses terres.


Activités & Productions

  • Les productions végétales pour nourrir le cheptel : A bientôt 25 ans, Julien est aujourd’hui propriétaire d’une exploitation de 70 hectares. Ses terres se situent dans un rayon d’une dizaine de kilomètres autour de son exploitation, sur les communes de Chaussy et de Villers-en-Arthies. Il possède 10 hectares de prairies qui permettent de nourrir les bêtes l’été. Sur les 60 hectares restants, Julien cultive principalement du blé, de la betterave qu’il vend à une sucrerie située à 30 kilomètres. Il produit également du lin fibre, du colza, du pois et de l’orge de printemps. Sur une même parcelle, ses rendements peuvent être très hétérogènes.
    Les productions végétales servent également à nourrir les animaux sur la ferme. En effet, la pulpe de betterave issue des déchets de la culture de betterave est valorisée en nourriture pour les bovins.
  • Productions animales : Julien élève une vingtaine de vaches charolaises. Il peut compter sur l’appui de ses parents avec qui il travaille au quotidien. Les bovins de race charolaise sont élevés pour leur viande. On les appelle « bovins allaitants » car contrairement aux vaches laitières que l’on sépare de leur veau dès la naissance, les vaches à viande (ou allaitantes) allaitent leurs petits. Les veaux sont vendus comme broutards pour l’engraissement.
  • Agriculture et eau dans le PRN du Vexin : L’exploitation de Julien se trouve à proximité d’un captage d’eau qui sert à alimenter en eau potable les villages voisins. Afin de garantir la qualité de l’eau, Julien a fait évoluer ses pratiques agricoles pour limiter l’impact de son activité sur la ressource. Polyculteur et éleveur, ce jeune agriculteur s’implique au sein du syndicat des Jeunes Agriculteurs d’Ile-de-France depuis 2007. Il est vice-président du canton du Val-d’Oise et président du comité d’organisation du festival de la terre organisé chaque année par les JA.

Commercialisation

Où retrouver vos produits ? La famille SARAZIN vend 60% de ses animaux via le circuit de la grande distribution. Les vaches de réforme par exemple (les mères charolaises de plus de 5 ans) alimentent les grandes surfaces comme Carrefour ou Intermarché. Depuis plusieurs années, devant la demande grandissante des consommateurs pour des produits locaux de qualité, la famille SARAZIN s’est tournée vers la vente directe. Aujourd’hui c’est donc 40% de son chiffre d’affaire qui provient de ce mode de commercialisation.
Faute d’infrastructures en région Ile-de-France, les SARAZIN sont obligés d’aller à l’abattoir de Neubourg (27) pour leurs animaux. La viande est ensuite travaillée par un boucher qui prépare des caissettes d’environ 15-20 kilos. Ces colis sont ensuite vendus à des clients réguliers et fidèles qui viennent majoritairement du Vexin et de Paris. Ce sont 50 clients qui reviennent s’approvisionner tous les trimestres, ce qui assure un revenu régulier tout au long de l’année.
Ce mode de commercialisation est très valorisant pour les SARAZIN qui sont très souvent félicités par leurs clients. Cela leur permet également de communiquer sur leur métier. Ayant à coeur de faire partager leur passion, les SARAZIN participent également chaque année aux journées porte-ouvertes de la Maison de l’Elevage.

Projets, perspectives et humeur

D’ici 5 ans, Julien et ses parents souhaiteraient pouvoir créer une société agricole. Désireux de s’agrandir, il souhaiterait atteindre le seuil critique de 100 hectares maximum. Par rapport à l’agrandissement des bâtiments de la ferme, quoiqu’il en soit, la proximité du site classé du château de Villarceaux, impose des contraintes qui freinent la construction de bâtiments agricoles. Mais le projet qui lui tient le plus à coeur, c’est la réhabilitation du corps de ferme historique en rendant le bâtiment plus fonctionnel. Il a déjà commencé par sa propre habitation...

Informations

  • Julien SARAZIN
  • 8 rue du clos de l’Isle, 95710 Chaussy
  • Tél. : 06.72.67.03.71
  • Email : jzinzin@hotmail.fr

Laisser un commentaire

Aucun commentaire - Laisser un commentaire