Espace professionnel réservé

Code oublié ?
  • Vous êtes ici :
  • Accueil ›
  • Agronomie ›
  • Grande culture ›
  • Production intégrée

Production intégrée

Qu'est-ce que la Production Intégrée ? Définition et grands principes

C'est une approche globale de l'exploitation dont l'objectif est de remplacer au maximum les intrants extérieurs par des processus naturels de contrôle et de régulation. (Ph. VIAUX, 1999).

C'est avant tout un état d'esprit qui nécessite une réflexion au niveau du système de culture pour minimiser les risques parasitaires et par conséquent minimiser l'utilisation des intrants.

La Production Intégrée est à la croisée des chemins entre agriculture conventionnelle et agriculture biologique en recherchant un compromis entre rentabilité des exploitations, productivité et impact sur l'environnement. Ce compromis s'appuie sur la mise en œuvre de mesures préventives agronomiques.

Elle se veut pragmatique, avec de la cohérence dans des choix agronomiques et préventifs, en redonnant du sens au métier de l'agriculteur (et du conseiller) et de l'autonomie dans ses décisions.

Les grands principes de la Production Intégrée :

  • Mixité des exploitations.
  • Rotations et assolement diversifiés.
  • Favoriser les zones non cultivées refuges des auxiliaires.
  • Limiter le travail du sol sans s'interdire un labour bien positionner de temps en temps.
  • Choix d'un objectif de rendement accessible 4 ans/5.
  • Choix de variétés, dates et densités de semis réduisant les risques.
  • Conduite de fumure N, P et K adaptée aux objectifs de rendement.
  • Mise en œuvre de la protection intégrée des cultures.

Pourquoi l'engagement de la Chambre d'Agriculture dans ce mode de production ?

L'agriculture francilienne se trouve aujourd'hui confrontée à un problème de durabilité dans l'état actuel des systèmes de cultures, où l'agriculture intensive, l'agriculture raisonnée et l'agriculture biologique ne répondent pas totalement à la notion de durabilité agricole comprenant un équilibre entre l'économie de la production, la préservation environnementale et la biodiversité.

Sur le plan environnemental, il est aujourd'hui nécessaire de se placer en rupture avec les systèmes de cultures existants pour limiter l'impact des pratiques agricoles sur l'environnement. La Seine-et-Marne, producteur d'eau pour Paris, est confrontée à des teneurs en nitrates et pesticides supérieures aux normes européennes sur la majorité des captages.

La mise en place de systèmes de cultures intégrés a pour objectif de concilier la viabilité économique des exploitations, la réduction des intrants et par conséquent une préservation des écosystèmes, de la biodiversité et de la qualité de l'eau.

Face à cette problématique, il est indispensable d'accompagner les agriculteurs dans l'adaptation de leur système de cultures avec pour principaux objectifs le maintien du revenu des agriculteurs et un moindre impact des pratiques agricoles sur l'environnement.